Si l’expatriation est une formidable aventure tant sur le plan professionnel qu’au niveau personnel, le retour dans son pays d’origine peut parfois s’avérer difficile. Les démarches administratives, la recherche d’un emploi, la réhabilitation au rythme de vie et aux coutumes de son pays sont parfois des étapes compliquées.

L’expatriation lorsqu’elle se passe sereinement est une étape merveilleuse dans une vie. Elle enrichit les horizons, permet de s’ouvrir à de nouvelles cultures, et est souvent un tremplin au niveau professionnel.

Néanmoins, l’expatrié s’est adapté pendant une période plus ou moins longue aux coutumes locales du pays d’accueil, s’est familiarisé aux contraintes administratives, et a développé de nouvelles compétences professionnelles qui peuvent parfois ne pas être reconnues dans son pays d’origine.

De ce fait, il est indispensable lors de la préparation d’un projet d’expatriation, d’envisager le retour comme une étape inhérente au projet. Partir est une chose mais il est nécessaire de garder à l’esprit qu’un jour il faudra rentrer et être capable d’anticiper le retour à une vie dont les repères se sont effacés.

 

Choc culturel inversé et capitalisation sur l’aventure vécue 

Pour une grande majorité d’expatriés, l’expérience du retour a été un moment délicat, parfois le moment le plus difficile et le plus compliqué du projet d’expatriation.

Un retour aux sources implique une réacclimatation dans son pays d’origine. Durant une longue période, l’expatrié s’est adapté à vivre selon les règles du pays d’accueil.  Il va devoir reprendre les codes de son pays d’origine, un cheminement parfois fastidieux quand une partie de son identité s’est construite ailleurs. Plus la période d’expatriation est longue plus la réhabilitation prend du temps.

Par ailleurs, si l’expérience professionnelle vécue a permis de monter en compétences, l’expatriation n’est pas toujours perçue comme une valeur ajoutée dans certains pays. Il est de ce fait nécessaire de valoriser les bénéfices liés à cette période de vie hors de ses frontières. L’expérience a permis d’apprendre une nouvelle langues et une nouvelle culture, mais elle a aussi permis de développer des aptitudes qui seront appréciées des employeurs : l’adaptabilité, le sens de l’écoute, la créativité, l’agilité, pour n’en citer que quelques-unes.

 

Des solutions pour l’aide au retour

Afin de faciliter le processus du retour d’expatriation, il existe des solutions. Les forums d’anciens expatriés regorgent d’expériences vécues et de conseils, les blogs sont aussi de bons moyens de se sentir moins seul et aident souvent à relever le défi psychologique qui se pose. Par ailleurs, concernant le challenge professionnel, des associations et des entreprises spécialisées dans la mobilité internationale peuvent aider à mettre les nouvelles compétences en avant et à rebondir sur un nouvel emploi. Le sénat a d’autre part mis en ligne un document intéressant pour les français qui reviennent sur le territoire nationale mais dont les principes peuvent également s’appliquer également aux citoyens d’autres pays.

 

Lecture complémentaire :

Bien préparer un projet d’expatriation, la clé d’une mobilité internationale réussie

L’expatriation, faire d’un rêve une réalité

Stéphanie DUCLOS par Stéphanie DUCLOS

Responsable Ressources Humaines