Tout projet de mobilité internationale induit une expatriation d’une durée plus ou moins longue. L’expatriation peut être une expérience enrichissante. Il est nécessaire de s’investir dans cette nouvelle vie pour réduire la période d’adaptation et que l’intégration se fasse en douceur.

Un projet d’expatriation bien préparé en amont facilite grandement l’arrivée sur place et l’intégration dans un nouveau pays. Néanmoins, changer de pays est synonyme de bouleversements, tant dans les rythmes quotidiens qu’au niveau émotionnel. Il est donc indispensable de mettre toutes les chances de son côté pour prévenir les risques d’échec. 

L’adaptation dans un nouveau pays ne peut se faire du jour au lendemain. Les nouveaux codes culturels, les conditions de vie, le mal du pays sont autant de paramètres qui peuvent se révéler être de véritables obstacles à une bonne intégration. 

Vivre bien l’expatriation et être un expatrié heureux est à la portée de tous. En se montrant curieux, en acceptant les autres tels qu’ils sont, en étant ouvert aux différences, cette étape de vie professionnelle sera une expérience constructive. 

Pour faciliter cette intégration et écourter la période d’adaptation, quelques conseils élémentaires peuvent se révéler utiles.

 

Découvrir un nouvel environnement et faire tomber les barrières culturelles

L’arrivée dans un nouveau pays peut s’envisager de plusieurs manières. Mais faire preuve de curiosité est incontestablement une bonne solution pour s’habituer à son nouvel environnement. Profiter des moments de temps libre pour visiter les endroits touristiques, aller se promener dans les lieux culturels, échanger quelques mots avec des inconnus et chercher à comprendre les coutumes locales sont les clés vers une bonne intégration.

 

S’ouvrir aux autres 

Rester entre soi est souvent une solution de facilité dès l’arrivée dans un nouveau pays. Retrouver une communauté familière rassure et permet de ne pas se sentir déraciné. Mais, une bonne intégration passe par l’ouverture aux autres. Il est important de chercher à créer des contacts avec des locaux pour mieux comprendre les us et coutumes et approfondir la maîtrise de la langue. Faire la connaissance de personnes partageant les mêmes centres d’intérêt (sport, loisirs, sorties …) permet de s’intégrer en douceur et de  multiplier les relations au sein d’un nouveau cercle.

 

Garder le contact avec son pays d’origine 

Il est recommandé de conserver un lien avec son pays d’origine afin de ne pas se sentir totalement oublié des siens et seul dans cette nouvelle aventure. Les moyens de communication d’ aujourd’hui facilitent les échanges internationaux (mails, internet, app. de messagerie, réseaux sociaux, …), permettent de partager une expérience et d’être entouré des siens que ce soit dans les périodes difficiles mais aussi dans les moments de joie.

 

Le mal du pays… une émotion normale qui fait partie de l’aventure !

Un vague à l’âme dû au déracinement est tout à fait normal durant la phase d’adaptation. Pouvoir exprimer cette sensation de rejet avec des personnes de confiance (amis, collègues, famille, …) aide à franchir cette épreuve et à profiter pleinement de cette nouvelle vie qui se présente.

Les retours positifs d’expérience d’expatriation sont nombreux. Partir confiant avec un état d’esprit ouvert sur le monde et sur l’autre est le meilleur moyen pour réussir sa vie d’expatrié.

 

Lecture complémentaire :

Bien préparer un projet d’expatriation, la clé d’une mobilité internationale réussie

Retour d’expatriation : se réaccoutumer à son pays

Stéphanie DUCLOS par Stéphanie DUCLOS

Responsable Ressources Humaines