L’expatriation est pour certain un rêve d’enfance. Quitter son pays pour aller offrir ses compétences à l’étranger permet de bénéficier de la reconnaissance de ses savoir-faire auprès d’entreprises ou d’institutions mondialement reconnues. Cependant le parcours pour y arriver n’est pas toujours simple. Les contraintes administratives et l’obtention d’un visa peuvent être des obstacles.

Depuis qu’il est enfant, Wang Shu, jeune designer américain, rêve de venir travailler à Paris dans une prestigieuse maison de mode française connue dans le monde entier pour la qualité et la beauté de ses créations où seuls les meilleurs designers sont embauchés.

Wang est né à Houston aux Etats-Unis. Petit, il transformait déjà des objets du quotidien en accessoires de mode. Dans ses mains, les feuilles de papier prenaient la forme de robes somptueuses et les trombones se métamorphosaient en colliers originaux. Collé à l’écran de son poste de télévision, il admiraient les mannequins défiler sur les podiums parisiens. L’image du luxe à la France le galvanisait.

Il entreprend naturellement des études de design aux Etats-Unis. Ses professeurs lui confirment alors que la France est un passage quasi obligé pour les créateurs et qu’une expérience auprès d’un couturier français serait une valeur ajoutée à son cursus.

Après avoir suivi un programme académique, Wang crée un site vitrine où il propose ses créations. Son travail est reconnu, sa clientèle se développe rapidement et ses accessoires font la une des magazines de mode.

Sans perdre de vue son rêve d’enfant, il postule dans une grande maison de luxe française au poste de designer maroquinerie. Après un processus de sélection exigeant, Wang est convoqué pour le dernier entretien. Le jury de sélection, composé du Directeur des Ressources Humaines et du Vice-président de la maison, reconnait chez Wang une sensibilité hors norme pour l’art d’une manière générale et la mode en particulier, et lui offre un CDD d’un an.

De nationalité américaine, il est cependant indispensable qu’il obtienne un visa de travail pour venir exercer sur le territoire français. La maison de luxe fait alors appel à une entreprise spécialisée en mobilité internationale à qui elle délègue l’intégration de Wang. La société se charge des démarches administratives auprès de la Dirrecte et de l’obtention du visa de travail temporaire de Wang auprès du Consulat de France aux Etats Unis

Après un an de service et la fin du CDD, la maison de luxe souhaite proposer un CDI à Wang qui a fait un travail remarquable et a contribué à renouveler ses collections. Cependant, les délais impartis entre la fin du CDD, la date d’expiration du permis de séjour et le début du CDI sont courts et Wang risque de se trouver sans autorisation de travail pendant quelques mois. La société spécialisée en mobilité internationale intervient à nouveau auprès de la Dirrecte et de la préfecture afin que Wang puisse travailler au plus vite en toute légalité et contribuer ainsi à la préparation des nouvelles collections. Tout reposait sur cette entreprise, les rêves de Wang qui risquaient d’être suspendus par la décision de la préfecture et de la Dirrecte, et l’avenir de la collection automne / hiver de la maison de luxe.

Grâce à cette entreprise qui a pris en charge l’immigration de Wang, ses rêves d’enfant se sont réalisés. Il travaille désormais dans une maison française renommée dont ses talents font le succès des collections.