L’expatriation est une aventure dans laquelle beaucoup veulent se lancer. Cependant, elle reste un projet concret qui nécessite une grande préparation. Elle demande d’autant plus d’organisation lorsque l’on pense à s’expatrier en famille. En effet, il est important de prendre en considération les besoins de toute la famille, et surtout des enfants.  

Contrairement à vous, ils n’ont peut-être pas choisi ce projet d’expatriation. Ils vont, par conséquent, mettre probablement un peu plus de temps à s’adapter.  

En tant que parent, il est normal d’avoir quelques inquiétudes : Vont-ils bien s’adapter au nouvel environnement ? L’expatriation sera-t-elle bénéfique pour eux ?  Vont-ils trouver leurs repères facilement ? Ce sont autant de questions qu’il est pertinent de se poser avant de se lancer dans la grande aventure. Mais, rassurez-vous, si elle est préparée convenablement, l’expatriation sera un bienfait. Elle le sera autant sur le plan professionnel pour les parents que sur le plan personnel pour toute la famille.  

C’est pourquoi nous avons ici répertorié les choses auxquelles il faut penser avant de faire le grand saut.  

 

Quels sont les âges les plus propices à l’expatriation

 

Certains âges sont plus complexes que d’autres lorsqu’il est question d’adaptation à un nouveau pays. D’ailleurs, plusieurs études, dont celle de Kate Mace, pointent ce sujet du doigt. 

Plusieurs psychologues recommandent de garder un socle identique à votre ancienne vie. Ainsi, il pourra garder certains de ses repères. Cela peut passer par des règles de vie à la maison ou encore la décoration de sa chambre.  

Vous pouvez également faire un voyage dans le futur pays. L’enfant pourra ainsi découvrir son futur pays et y prendre ses marques. On peut aussi faire participer les enfants aux préparatifs. Ils se sentiront alors impliqués dans le projet, même si la décision de partir ne vient pas d’eux.   

Il est intéressant de se renseigner sur les âges plus difficiles pour les enfants lors de l’expatriation. Par exemple, l’étude réalisée par Kate Mace démontre que l’adaptation dans un nouveau pays est plus difficile pour les pré-adolescents et les adolescents. Ils sont en effet plus susceptibles d’être le sujet de discrimination. De plus, selon les âges, le rejet du pays d’expatriation va se manifester par différents symptômes. Renseignez-vous donc au préalable sur les symptômes pouvant être signe de mauvaise intégration selon l’âge de l’enfant. Les 7, 13 ou 18 ans sont les âges les plus délicats concernant l’adaptation à l’expatriation, selon la psychologue Magdalena Zilveti Chaland.  

 

Les documents et vaccins à prévoir

 

Pour vous expatrier avec vos enfants, il faudra fournir certains documents spécifiques.  

Un passeport valide est la première étape. Certains pays demandent une validité de 6 mois ou un an après la sortie du pays concerné. Il est donc essentiel de vérifier ce point avant toute chose. 

Par la suite, chaque pays aura ses obligations en termes d’immigration, et sa propre dénomination. Généralement, l’enfant aura besoin d’un permis de résidence. Par exemple, en France, il s’agit du DCEM : document de circulation pour étranger mineur. Il est obligatoire pour tout mineur étranger résidant en France.  

Peu importe le pays, il faudra, pour obtenir ce permis, prouver le lien entre l’enfant et son parent. (acte de naissance, un jugement d’adoption…). En cas de divorce ou de séparation, les Etats peuvent également demander une autorisation de l’autre parent. Cette autorisation prouvera ainsi qu’il ne s’oppose pas au départ vers un autre pays.  

Vous devrez, la plupart du temps, traduire et légaliser ces documents dans le pays d’origine, pour usage dans le pays de destination. Cette procédure peut se révéler complexe et prendre un peu de temps. Demander des actes de naissance plurilingue à la mairie peut faire gagner quelques jours sur la procédure d’immigration ! 

Aucun pays n’impose de vaccinations particulières pour obtenir le Visa. Cependant, les écoles sont en droit d’exiger que votre enfant ait fait certains vaccins relatifs à la vie locale. Si vous connaissez déjà la future école de votre enfant, renseignez-vous d’emblée sur les vaccins à faire.