Depuis 2008, le gouvernement canadien a mis en place plusieurs programmes pour faciliter l’immigration vers son pays. Le nombre d’expatriés augmente chaque année. Parmi ces-derniers, les Français font partie des profils les plus recherchés. Si vous avez un projet de mobilité vers le Canada, il faut savoir que le CV canadien n’est pas le même que le CV français. Les règles pour le mettre en forme sont donc, pour la plupart, différentes. Il est important de bien rédiger son CV à la manière canadienne. Cela montrera votre volonté d’intégration au pays, et vous aurez ainsi plus de chance de recevoir des réponses favorables.

Les règles à suivre

Voici donc quelques conseils qui vous aideront pour la rédaction de votre CV, aussi bien sur le fond que sur la forme.

La forme

Vous devez privilégier tout d’abord un format lettre (21,6 x 29,7) au lieu d’un format A4 (21 x 29,7). Oubliez le CV sur une page à la française, le CV canadien est plus détaillé.  Il peut donc aller jusqu’à 3 pages. En ce qui concerne l’organisation, il est conseillé de créer un entête en haut de page. Il devra comprendre votre nom, vos coordonnées, et le poste souhaité. Enfin, contrairement au CV français, il doit être plus sobre. On ne peut se permettre de fantaisie comme sur le CV français.

Le fond

Passons maintenant au fond, où les éléments qui diffèrent sont plus nombreux.
Les informations personnelles sont à prohiber : photo, hobby, situation matrimoniale, etc. Indiquez seulement, comme énoncé ci-dessus, votre nom, vos coordonnées, et le titre du poste convoité.
Le CV se découpe le plus souvent de cette manière : votre profil, puis vos expériences et enfin vos études.

Composition du CV

Le profil

Il doit se composer de 5 à 10 informations maximum. Il comprend le résumé du savoir-faire et du savoir-être. Mettez également les informations en lien avec le poste (le nombre d’années d’expérience dans votre domaine, les clients importants avec lesquels vous avez travaillé, etc.). Ce profil permet aux recruteurs d’analyser votre CV en quelques minutes. S’il est bien clair, cela leur donnera envie de lire la suite, et de vous rencontrer.

Les expériences professionnelles

Indiquez le nom et les coordonnées de l’entreprise. Si vous êtes permanent d’une ESN, donnez son nom et celui des clients finaux chez lesquels vous étiez en mandat. Idéalement, si vous étiez chef de projet, indiquez votre spécialité et le site web de l’entreprise. Précisez ensuite de manière sommaire les tâches que vous avez réalisées (elles peuvent cependant être plus explicitées que celles inscrites sur un CV français), les projets que vous avez mis en place et les objectifs de ces derniers. Les outils maîtrisés doivent également apparaître.

Les études et certifications

Il est nécessaire d’écrire les diplômes en équivalence québécoise. Vous pouvez retrouverez les équivalences ici

Enfin, si vous avez participé à des activités communautaires (bénévolat, etc.), ces informations seront un plus dans votre CV. En effet, les entreprises canadiennes s’intéressent particulièrement à ces actions sociales. Elles vont mettre l’accent sur votre savoir-être, sûrement plus que les entreprises françaises. Excepté les activités communautaires, et celles en lien avec le poste que vous souhaitez, ne mentionnez pas d’autres activités.

Voici un exemple de CV